lundi 13 février 2012

Sortir du nucléaire, ou revoir notre approche du nucléaire ?

L'accident nucléaire de Fukushima marque un avant et un après dans l'histoire de l'énergie nucléaire. La conception du risque en est profondément changée. Ceci signifie-t-il qu'il faut abandonner le nucléaire, à la manière allemande ? Les approches françaises vont plutôt vers une révision en profondeur tant du chiffrage que de la sûreté du nucléaire. Mais l'arrêt de cette énergie aurait un coût financier et écologique probablement insurmontable. Dans cette perspective, la question du retraitement des déchets devient cruciale, mais elle implique de continuer à avancer dans le sens de l'énergie nucléaire.


Ne pas enterrer trop tôt le nucléaire

Trois scientifiques de haut niveau, dont l'un spécialiste de l'énergie nucléaire, prennent position dans le débat sur l'énergie nucléaire. Ils mettent en vis-à-vis l'accroissement de la demande énergétique mondiale et l'objectif de réduction des gaz à effet de serre : dans les faits, la production des gaz à effet de serre continue de croître fortement. Le nucléaire fournissant 14% de l'énergie mondiale, son abandon signifierait un recours croissant au charbon, donc des émissions supplémentaires considérables de gaz à effet de serre. De plus, les émissions de déchets radioactifs restent très faibles au regard de l'énergie produite par les centrales. Et la voie française du retraitement des déchets semble prometteuse : son abandon poserait des problèmes graves pour les déchets existants. Leur vision très optimiste des conséquences sanitaires de l'accident de Fukushima laisse un peu dubitatif, mais il reste certain que si l'échelle de risque a été révisée à la hausse, elle n'est pas pour autant totalement renversée par ce qui s'est passé au Japon. En conclusion, toute sortie du nucléaire sans un plan de substitution crédible risque d'être très préjudiciable. Les solutions d'apparence simple à des questions complexes, soulèvent généralement des problèmes plus complexes encore...

Évaluation

Information, documentation Analyse, réflexion Caractère pratique Valeur morale Style Édition, présentation
Complète
●●●
Solide
●●●
Utile
●●●
Vertueux
●●●
Bien écrit
●●●
Confuse
●●●

Le vrai coût du nucléaire

La Cour des compte a mené une enquête approfondie sur les coûts passés, présents et futurs de la production d'électricité en France. Cette analyse remonte de larges incertitudes : coût de démantèlement futur, devenir du traitement des déchets nucléaires (avec l'avènement ou non d'une filière de recyclage du MOX), méthodes de calcul du coût du capital, valorisation de la garantie de l'Etat, comptabilisation des externalités. En tout état de cause, l'accroissement du coût de l'électricité nucléaire est certain, en raison des exigences de sécurité accrues et des charges croissantes de maintenance. Ce rapport de la Cour des comptes montre finalement que le prix réel de l'énergie nucléaire reste très incertain, et suspendu à des choix qui seront politiques. L'abandon du nucléaire n'est pas chiffré, mais on comprend que son prix serait immense. D'autre part, un semblable chiffrage serait intéressant pour les énergies alternatives, afin d'éclairer citoyens et dirigeants.

Évaluation

Information, documentation Analyse, réflexion Caractère pratique Valeur morale Style Édition, présentation
Nouvelle
●●●●
Originale
●●●●
Opérationnel
●●●●
Vertueux
●●●
Lisible
●●●●
Correcte
●●●●

Evolution de l'approche du risque pour le parc nucléaire français

Le rapport de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire conclut que la sûreté des centrales nucléaires françaises reste bonne, même au regard de la catastrophe de Fukushima. Mais les bases de l'évaluation du risque sont désormais revues, et l'IRSN recommande l’adoption d’un niveau supplémentaire d’exigence de sureté, un « noyau dur ».

Évaluation

Information, documentation Analyse, réflexion Caractère pratique Valeur morale Style Édition, présentation
Complète
●●●
Originale
●●●●
Opérationnel
●●●●
Vertueux
●●●
Lisible
●●●●
Confuse
●●●